Or, la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative au droit d`auteur dans le marché unique numérique, dans son article 13, exige des prestataires de services intermédiaires qui consistent à stocker et à fournir au public l`accès à de grandes quantités de les œuvres ou autres objets importés par leurs utilisateurs pour mettre en place des mesures visant à “empêcher la disponibilité de leurs services d`œuvres ou d`autres objets protégés identifiés par les titulaires de droits” tels que l`utilisation de “technologies de reconnaissance de contenu efficaces”. En d`autres termes, l`article 13 de la proposition impose une obligation de surveillance générale à un grand nombre de prestataires de services intermédiaires. Une telle obligation n`est pas une obligation de surveillance spéciale, mais une obligation de surveillance générale, car elle exige le suivi des activités de tous les utilisateurs. Le processus de présélection est effectué conjointement par la Commission et chacun des pays candidats. Ce processus permet à ces derniers de se familiariser avec l`acquis et, par la suite, d`indiquer leur niveau d`alignement avec la législation de l`UE et de définir des plans pour un alignement ultérieur. Cependant, nous avons un problème et un important que nous croyons. Les développements récents, à commencer par la communication sur les plateformes en ligne et les opportunités et défis pour l`Europe du marché unique numérique, ont été publiés le 25/05/2016, suivis d`une série de propositions (proposition de directive modifiant les médias audiovisuels Directive sur les services, proposition de directive du Parlement européen et du Conseil sur le droit d`auteur dans le marché unique numérique) et les initiatives en matière de droit souple (le forum Internet de l`UE contre le terrorisme et le code de conduite sur la lutte contre les discours haineux illégaux en ligne) sérieusement mis en péril la cohérence et l`intégrité de l`acquis de l`UE dans ce domaine. Les pays candidats doivent accepter l`acquis avant de pouvoir adhérer à l`UE. Les dérogations à l`acquis ne sont accordées que dans des circonstances exceptionnelles et sont limitées dans leur champ d`application. L`acquis doit être incorporé par les pays candidats dans leur ordre juridique national à la date de leur adhésion à l`UE et ils sont obligés de l`appliquer à partir de cette date.

Un autre objectif du dépistage est d`identifier les domaines de l`acquis dans lesquels des progrès sont nécessaires si la législation des pays candidats doit être compatible avec les règles de l`UE. Ces zones sont divisées en chapitres *. (2) la question de savoir si elle pourrait conduire à la reconnaissance d`un éventail plus large de droits (tant économiques que non économiques) pour les auteurs et les autres ayants droit. L`acquis de l`UE est l`ensemble des droits et obligations communs qui lient tous les pays de l`UE, en tant que membres de l`UE. Il évolue constamment et comprend: le dépistage, ou l`examen analytique de l`acquis *, est une phase préparatoire des négociations d`adhésion *. Nous apprécions beaucoup les efforts déployés pour entreprendre un réexamen et une réévaluation de l`acquis de l`UE. L`avenir du marché unique sera numérique, s`il ne l`est pas déjà, et il est essentiel de déterminer si l`acquis de l`UE est toujours sensé dans ce contexte. Cela est vrai en particulier compte tenu de la tendance récente: “le contenu numérique transmis sur les réseaux privés et hébergé sur des plateformes privées est de plus en plus soumis à la réglementation des États et des entreprises”, écrit le Rapporteur spécial de l`ONU sur la promotion et la protection des droit à la liberté d`opinion et d`expression dans son rapport du 2016 mai. . Aleksandra Kuczerawy, chercheuse, unité de recherche KU Leuven Centre for IT & droit de la propriété intellectuelle (CiTiP), Belgique Christina Angelopoulos, chargée de cours en droit de la propriété intellectuelle, Université de Cambridge, Royaume-Uni Andrej Savin, professeur agrégé, département du droit, Copenhagen Business School, Danemark Eva Lievens, professeure adjointe en droit et technologie, Université de Gand, Belgique la directive 2000/31 sur le commerce électronique (directive sur le commerce en ligne) énonce des exemptions de responsabilité conditionnelle au bénéfice des prestataires de la société de l`information qui offrent certains types de services intermédiaires, ainsi qu`une interdiction des obligations générales de surveillance.